C'est l'histoire d'un Développeur informatique devenu

Chef de projet IT
Contactez-moi sur Linkedin

A PROPOS DE MOI

Être développeur est tout un mode de vie, je vous passe les détails en vous résumant en une seule et unique phrase ce que j’en ai conclu de mes 3 années en tant que FullStack : Pour s’épanouir en tant que développeur, il faut être passionné par le développement. Ni plus, ni moins !
Ce qui n’est pas mon cas. Évidemment, j’aime la technique, mais j’aime aussi plein d’autres choses ! Et j’ai vite compris que je ne voulais pas me cantonner à ça durant toute ma carrière. Il n’y a aucun mal à cela et je ne prends pas ça comme un échec, au contraire ! J’en tire des capacités et une compréhension techniques bien supérieur à la plupart des chefs de projets. Une compétence qui, malheureusement, est très sous-estimée. Pourtant, je suis convaincu que la compréhension technique est la clé d’une gestion de projet réussie.

En réalité, la compréhension technique du chef de projet peut énormément impacter le projet, mais aussi l’entreprise en général. Bien plus que vous ne l’imaginez.
J’ai souvent vu des chefs de projet s’engager auprès des parties prenantes sur des fonctionnalités en apparence basique, mais en réalité très coûteuses à développer. Et lorsque, par insouciance, le chef de projet promet des délais irréalistes auprès du client. Lorsque les besoins, les contraintes et les limites des équipes techniques ne sont pas pris en compte, cela provoque une incompréhension de leur part et cela installe leur frustration dans une spirale infernale qui se nourrit elle-même. Une frustration qui amène une baisse de motivation qui entraîne une baisse de productivité, qui à son tour renforce la frustration. En résumé, la frustration entraîne la frustration.

Et lorsqu’on atteint un point de non-retour, on se retrouve avec une équipe démotivée, les développements sont plus lents, certains développeurs vont tout simplement quitter l’équipe (Car le marché de l’emploi pour les développeurs est très concurrentiel… pour les employeurs). Entraînant ainsi, des retards de livraison, des budgets dépassés, une perte de client et une mauvaise réputation pour l’entreprise.

Cependant, posséder une compréhension technique n’est pas la seule chose requise pour devenir un chef de projet compétent. Évidemment, savoir recueillir les besoins des parties prenantes, budgétiser, planifier, gérer les risques et communiquer fait partie des compétences qu’un chef de projet se doit de maîtriser.
Néanmoins, tout cela n’est toujours pas suffisant pour faire partie de l’élite des chefs de projet.

Lorsque j’étais développeur, j’ai connu des chefs de projet brillant de par leur approche, et d’autres un peu moins. J’ai été épanoui au sein d’une équipe technique épanouie, et j’ai aussi été frustré au sein d’une équipe technique frustrée.
C’est lorsque j’ai connu la frustration que je me suis interrogé sur le rôle du chef de projet dans une organisation. Et en y réfléchissant, j’ai eu le déclic d’évoluer vers ce poste.

Je suis une personne fondamentalement empathique et allergique à l’injustice. Mais déjà, c’est quoi l’empathie ?

L’empathie est une compétence émotionnelle qui implique la capacité à comprendre et à ressentir les émotions, les besoins et les perspectives des autres, ainsi qu’à communiquer efficacement avec eux.

Alors pourquoi ce déclic ?

Tout simplement parce que la gestion de projet est avant tout un domaine humain. Chaque partie prenante d’un projet est constituée d’êtres humains, avec leurs propres émotions, besoins et perspectives.
En tant que chef de projet, il est nécessaire de comprendre ces éléments, de communiquer efficacement avec ses collaborateurs et de créer un environnement de travail harmonieux et motivant pour l’équipe.

En comprenant les émotions, les attentes, les besoins et les perspectives des différentes parties prenantes, le chef de projet peut anticiper les réactions et les comportements de chacun. Par conséquent, cela permet de mieux communiquer, de résoudre les conflits plus facilement et de maintenir une bonne relation avec elles.

Je considère que c’est cette capacité à être empathique qui fait la différence entre un chef de projet moyen et un excellent chef de projet.

Et lorsque cette capacité fait partie intégrante de vous, la gestion de projet devient quelque chose d’instinctif et on y prend du plaisir.

Aujourd’hui, c’est dans cette position que je m’épanouis.

Mon expérience me permet d’avoir une compréhension précise des défis techniques auxquels les équipes sont confrontées. Je peux ainsi appréhender les difficultés rencontrées par les développeurs, comprendre leurs besoins, leurs contraintes, leurs limites et leurs attentes.

Cette aisance technique m’aide à mieux planifier, coordonner et communiquer avec les parties prenantes. En comprenant les enjeux et les défis techniques, je suis en mesure de proposer des solutions et des stratégies qui prennent en compte les réalités techniques du projet.

Ma mission est de mener à bien votre projet en m’assurant que tous les objectifs sont atteints dans les délais impartis et en respectant le budget alloué.

Afin de faciliter votre prise de décisions, j’apporte une vision stratégique, j’identifie et gère les risques, tout en m’assurant que le projet est livré dans les normes de qualité et de satisfaction client.

Mon Expertise

Objectifs du projet

Comprendre et communiquer clairement les objectifs du projet, et les aligner avec les objectifs de l’entreprise afin de garantir leur cohérence et de maximiser les chances de réussite.

Budget et ressources

Gérer efficacement les ressources allouées au projet en accord avec le budget prévu, en optimisant l’utilisation de ces ressources et en contrôlant les coûts.

Calendrier et échéances

Établir un calendrier clair et réaliste pour le projet avec des échéances bien définies, et veiller à ce que l’équipe les respecte, en surveillant de près l’avancement du projet.

Analyse de données et stratégie pour la gestion de projet

Communication

Maintenir une communication régulière avec les parties prenantes du projet pour s’assurer que tous les intervenants ont les informations nécessaires, pour anticiper les problèmes pour répondre aux demandes et aux préoccupations.

Gestion des risques

Identifier et gérer de manière proactive les risques associés au projet, en élaborant des plans d’actions préventifs pour anticiper les éventuelles difficultés et en définissant des stratégies pour minimiser les impacts négatifs sur le projet et sur l’entreprise.

Qualité et satisfaction

Veiller à ce que le projet réponde aux normes de qualité requises et satisfasse les besoins et attentes du client en maintenant un équilibre entre les objectifs de l’entreprise et les attentes du client.

Parlez-moi de votre projet !

La première étape pour réussir un projet est de bien comprendre ses besoins et ses objectifs.